Cette situation d’enseignement-apprentissage, telle que présentée, demandera environ 6 périodes.

Téléchargez cette activité

*Soyez patients! Il faut prévoir quelques secondes pour la génération du PDF de cette activité.

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Cycle visé

Niveaux visés

Durée

Discipline visée

1er cycle du secondaire 1 et 2 4 à 5 périodes – Géographie
– Histoire et éducation à la citoyenneté

INTENTION PÉDAGOGIQUE

Au terme de cette activité, l’élève sera en mesure de comprendre le phénomène des fausses nouvelles et son impact dans notre société actuelle.

RÉSUMÉ DE LA SITUATION D’APPRENTISSAGE

Comment les impacts du phénomène des fausses nouvelles, ou « fake news », dans notre société se manifestent-ils actuellement? Cette situation d’apprentissage vise à aider les jeunes à connaître et à détecter différentes sortes de fausses nouvelles. De plus, ils auront l’occasion d’expérimenter une façon simple de trafiquer une nouvelle de façon temporaire.

PRODUCTION ATTENDUE

Au terme de cette SEA, les élèves auront créé des outils d’information et de sensibilisation au phénomène des fausses nouvelles.

MATÉRIEL ET RESSOURCES

Le reportage « Corde sensible », Fausses nouvelles : suffit d’y croire,
de Radio-Canada (durée : 7 minutes). www.youtube.com/watch?v=rSUqOScdQag

Une variété de ressources technologiques pour la réalisation des activités :

(Des ressources traditionnelles peuvent aussi être utilisées dans certaines activités.)

ARRIMAGE AVEC LE PFEQ

COMPÉTENCES VISÉES COMPOSANTES DE COMPÉTENCES VISÉES COMPÉTENCE TRANSVERSALE
  • Géographie : Construire sa conscience citoyenne à l’échelle planétaire.
  • Histoire : Interpréter une réalité sociale.
  • Géographie : évaluer des solutions à des questions d’ordre planétaire.
  • Histoire : établir les faits des réalités sociales; expliquer les réalités sociales.
Exploiter les technologies de l’information et de la communication.
DOMAINE GÉNÉRAL DE FORMATION ÉLÉMENTS DE LA PDA
Médias Histoire : Indiquer des facteurs qui favorisent une participation éclairée au débat public (ex. : accès à l’information)

PHASE DE PRÉPARATION

SITUATION DE DÉPART

Selon une étude de l’Université de Stanford aux États-Unis en 2016, 80 % des élèves du secondaire interrogés ne savaient pas faire la différence entre une fausse nouvelle et un contenu commandité.

Source : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1025030/fausses-nouvelles-jeu-video-educatif

L’enseignant fait la mise en situation, puis anime une discussion en plénière.

Qu’est-ce qu’une fausse nouvelle, ou « fake news », selon toi?
L’enseignant dirige une discussion en grand groupe pendant 5 à 10 minutes et contribue à ce que des traces soient laissées sur le tableau (prendre une photo afin de conserver les idées exprimées) ou de façon numérique et participative, avec des outils tels que KomuniD (voir l’annexe VII) ou Realtime Board (voir l’annexe VIII).

Quel groupe, selon toi, est le plus susceptible de partager et d’alimenter de fausses nouvelles, et pourquoi?
La réponse, qui sera vérifiée plus tard, est : les personnes à la retraite. Toutefois, ne le dites pas immédiatement à vos élèves. Gardez simplement des traces de leur remue-méninge. Cette information pourra être utile dans les tâches suivantes ainsi que dans la phase d’intégration.

Ensuite, expliquez de manière plus approfondie l’importance du choix des mots lorsqu’on rédige pour le web dans le but d’être lu par le plus grand nombre de personnes possible, notamment pour être bien classé dans les résultats de recherches (voir l’annexe III).

Dans les tâches suivantes, les élèves pourront tester les effets du choix des mots et essayer de se positionner le plus près possible de la première page d’un moteur de recherche.

PHASES DE RÉALISATION

TÂCHE 1

INTENTION

Détecter les personnes plus susceptibles d’être attirées par les fausses nouvelles

DESCRIPTION DE LA TÂCHE

Visionner une vidéo et discuter en faisant un remue-méninge sur un babillard virtuel

ACTIVITÉS D’APPRENTISSAGE LIÉES AUX CONNAISSANCES

Dans cette activité, les élèves écouteront un reportage et répondront à des questions de compréhension de façon collaborative.

Visionnez en classe le reportage suivant : « Corde sensible », Fausses nouvelles : suffit d’y croire, de Radio-Canada (durée : 7 minutes). www.youtube.com/watch?v=rSUqOScdQag

Distribuez à l’avance les questions de compréhension (voir l’annexe II) aux élèves. Vous pourriez les inscrire sur le babillard virtuel proposé en amorce pour l’ensemble de la classe. Ainsi, les réponses pourront être trouvées à l’occasion d’une mise en commun collective.

Maintenant, vos élèves peuvent compléter ou modifier leurs réponses à ces questions posées en amorce :

  • Qu’est-ce qu’une fausse nouvelle, ou « fake news »?
  • Quel groupe est le plus susceptible de partager et d’alimenter de fausses nouvelles, et pourquoi?

TÂCHE 2

INTENTION

Être en mesure de repérer une fausse nouvelle et cibler les moyens de transmission

DESCRIPTION DE LA TÂCHE

Catégoriser les fausses nouvelles sur différents médias et créer une fausse nouvelle en altérant le code d’une page Web.*
*Cette activité peut vous paraître complexe, mais elle ne l’est pas. Nous vous guiderons à travers chaque étape à l’annexe 2.

ACTIVITÉS D’APPRENTISSAGE LIÉES AUX CONNAISSANCES

Cette activité peut se faire seul ou en équipe de deux, à la discrétion de l’enseignant. Il n’est pas conseillé de dépasser ce nombre d’élèves par équipe pour que l’activité soit profitable à tous et pour maintenir un certain degré d’intérêt.

Affichez ou distribuez aux élèves la liste des sept catégories de fausses nouvelles (voir l’annexe III) sous forme papier ou numérique.

Invitez-les à lire les descriptions et à prendre des notes. Elles seront utiles pour la prochaine tâche. Les élèves peuvent les prendre de façon individuelle ou collective en utilisant des outils tels que Google Document, Padlet ou toute autre application permettant la prise de notes en groupe.

Chaque équipe va maintenant choisir l’une des catégories de fausses nouvelles. Vous pourriez aussi préférer désigner une catégorie de fausses nouvelles par équipe afin d’assurer une diversité.

Ensuite, dirigez les élèves vers différents sites de « vraies nouvelles ». Ils devront rapidement en parcourir quelques-uns et choisir une nouvelle qui les intéresse.
Voici des exemples de sites de « vraies » nouvelles :

Demandez-leur de repérer un ou des éléments du texte de la nouvelle à transformer pour qu’elle devienne une véritable « fake news », selon la catégorie de fausses nouvelles sélectionnée ou attribuée précédemment. Ils doivent rédiger au propre (sur papier ou à l’aide d’un outil numérique) la ou les phrases à changer.

Ensuite, ils sont prêts à ouvrir le code de la page web afin de modifier leur nouvelle, du moins, en apparence! L’utilisation du navigateur Google Chrome ou Firefox sera nécessaire pour cette partie de l’activité.

Attention : Il est impossible de sauvegarder la progression! Lorsque l’on transforme le code d’une page de cette façon, le changement n’est pas permanent et n’altère pas le contenu du vrai site. Cette opération doit donc se faire en un seul cours.

Voir l’ANNEXE V pour la démarche à suivre pour altérer une page de nouvelle à l’aide de Chrome ou de Firefox.

Après avoir modifié la nouvelle, demandez aux élèves de la sauvegarder en l’imprimant ou en l’enregistrant en format PDF ou JPEG. En effet, comme la nouvelle n’est pas « réellement » transformée, elle ne peut être directement partagée sur le web. Il faudra utiliser un format tiers tel que PDF ou JPEG afin de la réutiliser, par exemple, sur un babillard virtuel.

On peut demander aux élèves d’imprimer leurs nouvelles modifiées pour les exposer dans la classe. Cette « exposition de fausses nouvelles » permettra de voir le fruit du travail de chacun tout en essayant de reconnaître les catégories de fausses nouvelles vues en début d’activité. Le partage peut aussi se faire sur une plateforme virtuelle telle que Padlet.

Vous pourriez aussi proposer aux élèves de publier leur texte sur la plateforme web de votre choix (voir nos suggestions en annexe IX).


TÂCHE 3

INTENTION

Faire réfléchir à des moyens de sensibiliser les gens au phénomène des fausses nouvelles et aux conséquences néfastes qu’elles peuvent avoir sur la société.

DESCRIPTION DE LA TÂCHE

Créer un guide sur des moyens de prévention en proposant des astuces et moyens de détection.

ACTIVITÉS D’APPRENTISSAGE LIÉES AUX CONNAISSANCES

En classe entière, l’enseignant invite les élèves à choisir une façon de transmettre leurs apprentissages pour sensibiliser leur entourage à ce qu’ils viennent d’apprendre. Ce choix de la production finale et du moyen de sa diffusion peuvent être la résultante d’une discussion de classe afin d’intégrer les élèves dans le processus de création.

Peu importe sa forme, la production doit contenir deux sections :
Qu’est-ce qu’une fausse nouvelle?
Idées :

    • Inclure la description des sept catégories de fausses nouvelles;
    • Inclure les exemples de « fausses nouvelles » produites à la tâche précédente. Il serait très intéressant d’y inclure un « avant-après », c’est-à-dire la nouvelle dans son état original puis sa transformation;
    • Des références utiles pour en savoir plus;
    • Etc

.

Comment identifier une fausse nouvelle?
Les apprentissages faits lors de l’écoute du reportage Fausses nouvelles : suffit d’y croire de Radio-Canada pourront notamment être réinvestis ici.

  • Qui sont les personnes risquant d’être touchées par le phénomène;
  • Quels sont les médias susceptibles de propager ce type de nouvelles;
  • Trucs, astuces et solutions pour enrayer (ou à tout le moins diminuer) le phénomène.

Voici des suggestions de productions finales :

  • Format papier : guide, revue, livre, etc.;
  • Format numérique :
  • livre numérique;
  • présentation;
  • affiches réalisées à l’aide de Canva ou autre application du genre;
  • capsules vidéos sous forme de reportage, style youtubeur-influenceur, etc.;
  • Etc.

Et des suggestions pour le moyen de diffusion :

  • Imprimer le guide et le rendre disponible à la bibliothèque;
  • Afficher dans les corridors de l’école;
  • Tenir un kiosque de sensibilisation dans une aire commune où les élèves pourront recevoir ou consulter le travail final;
  • Créer une chaîne YouTube pour les vidéos;
  • Faire un site web, par exemple avec Google Sites de Google Education.

Il est important de miser sur la créativité des élèves dans cette activité.

Une démarche réflexive sur l’activité est proposée en ANNEXE VI et peut être utilisée comme type d’évaluation qualitative et objective.

PHASE D’INTÉGRATION

INTÉGRATION DE LA SITUATION D’APPRENTISSAGE ET D’ÉVALUATION

La phase d’intégration de cette SAÉ pourrait être réalisée en organisant une activité de sensibilisation à l’échelle de l’école.

ANNEXE I

Astuces pour l’enseignant

Saviez-vous que…
La suite Google Education propose des outils très intéressants et gratuits pour les écoles. L’utilisation d’un document collaboratif Google pour l’ensemble de la classe ou pour chacun des élèves permet à l’enseignant de garder des traces de l’implication de ses élèves de façon simple et efficace. De plus, si les ressources technologiques sont limitées, vous pouvez suggérer à un élève de tenir le rôle de secrétaire et de prendre les notes pour l’ensemble de la classe.

L’application web et mobile Edpuzzle (https://edpuzzle.com) vous permet de faire une leçon de n’importe quelle vidéo en insérant des questions dans le visionnement? Ainsi, vous vous assurez de faciliter la compréhension quant à l’écoute d’une capsule vidéo en posant des questions à vos élèves et en proposant des choix de réponses à l’intérieur de celle-ci. Cette ressource est très utile lorsque vous faites de la classe inversée.

Une méthode efficace pour la prise de notes est la « méthode Cornell ». Cette méthode, née dans les années 1950 et développée par le professeur Walter Pauk de l’Université Cornell aux États-Unis, est excellente sur le plan méthodologique et dans le réinvestissement.
Voir l’ANNEXE IV pour un canevas explicatif à l’attention des élèves.
Source : www.usherbrooke.ca/etudiants/vie-etudiante/nota-bene/chroniques-du-nota-bene/chroniques-soutien-a-lapprentissage/chroniques-trucs-et-astuces-details/article/22939/

Selon l’auteur Jacques Tardif, psychologue scolaire et professeur titulaire de la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke, impliquer les élèves dans le processus d’élaboration de la tâche à accomplir augmente considérable leur motivation.
Ainsi, les élèves qui démontrent du contrôle sur leur tâche y verront un objectif d’apprentissage et non seulement un objectif d’évaluation. Ce « pouvoir sur la réalisation de la tâche »[1] ou ce qu’appellent les Américains l’« empowerment » ne fera qu’augmenter de façon significative leur motivation et, par le fait même, leur degré d’engagement vers la créativité. N’oubliez pas que nos jeunes sont une banque de sources d’idées et d’informations. Ciblez-les et impliquez-les!
Source : TARDIF, Jacques. Pour un enseignement stratégique : l’apport de la psychologie cognitive, Montréal, Les Éditions Logiques, 1997, 474 p.

ANNEXE II

Nom:


Groupe:


Fausses nouvelles : il suffit d’y croire

Suite au visionnement de la vidéo, réponds aux questions suivantes :

  1. Quelles élections auraient été influencées par les fausses nouvelles en 2016?
  2. Combien de Québécois sur 5 ne sont pas dérangés par le phénomène des fausses nouvelles?
  3. Quel est le moyen utilisé pour partager de fausses nouvelles?
  4. À quel groupe social appartient la dame interviewée et qui est susceptible d’être le plus influencé par ce phénomène?
  5. Quels sont les groupes visés dans les médias par les fausses nouvelles partagées par la dame?
  6. Pourquoi la dame et d’autres personnes partagent-elles de fausses nouvelles?
  7. Pourquoi des gens sont-ils motivés à produire de fausses nouvelles?
  8. Quelle est la principale conséquence du partage de fausses nouvelles par la dame?
  9. Connaissez-vous des personnes qui partagent de fausses nouvelles dans votre entourage? Lesquelles? (amis, parents, famille, etc.)
  10. Comment pourrait-on empêcher les gens de partager de fausses nouvelles?

Réponses au questionnaire « Fausses nouvelles : il suffit d’y croire »

Suite au visionnement de la vidéo, réponds aux questions suivantes :

Quelles élections auraient été influencées par les fausses nouvelles en 2016?
Réponse : Élections américaines

Combien de Québécois sur 5 ne sont pas dérangés par le phénomène des fausses nouvelles?
Réponse : 3 sur 5

Quel est le moyen utilisé pour partager de fausses nouvelles?
Réponse : Facebook

À quel groupe social appartient la dame interviewée et qui est susceptible d’être le plus influencé par ce phénomène?
Réponse : personnes âgées ou retraitées

Quels sont les groupes visés dans les médias par les fausses nouvelles partagées par la dame?
Réponse : musulmans, immigrants, communautés ethniques

Pourquoi la dame et d’autres personnes partagent-elles de fausses nouvelles?
Réponse : montrer leur indignation, conforter certaines opinions ou croyances qu’elles ont déjà

Pourquoi des gens sont-ils motivés à produire de fausses nouvelles?
Réponse : choquer, réveiller, faire de l’argent, fâcher et faire réagir les gens, piéger les gens, faire haïr, indigner les autres, faire vendre de la publicité

Quelle est la principale conséquence du partage de fausses nouvelles par la dame?
Réponse : les membres de sa famille qui lui font confiance partagent à leur tour les nouvelles non vérifiées

Connaissez-vous des personnes qui partagent de fausses nouvelles dans votre entourage? Lesquelles? (amis, parents, famille, etc.)
Réponse : cela dépend des élèves questionnés

Comment pourrait-on empêcher les gens de partager de fausses nouvelles?
Réponse : faire des recherches sur Google, couper les revenus publicitaires, lorsqu’on est fâché, prendre 30 secondes de recul et vérifier la provenance de l’information

ANNEXE III

Les 7 catégories de fausses nouvelles

Fausse connexion : c’est lorsque le titre, les images ou leur explication ne supportent pas le contenu du texte. On essaie d’accrocher le lecteur par un ancrage qui fait réagir. Ex. : les textes qui font mention de recettes miracles pour maigrir.

Faux contexte : c’est lorsque de l’information « vraie » est partagée dans un faux contexte d’information. Ex : lorsqu’une personne est citée hors contexte.

Contenu manipulé : c’est lorsqu’une information authentique ou une image est manipulée pour tromper et décevoir. Ex. : On fait parler des chiffres, des statistiques pour créer un nouveau contexte qui avantage une partie ou un groupe au détriment d’un autre.

Satire ou parodie : c’est lorsqu’une fausse nouvelle est créée sans avoir l’intention de blesser, mais qu’elle a un potentiel de tromper un auditoire mal informé. Ex. : les articles du site du « Journal de Mourreal ».

Contenu trompeur : c’est lorsque l’objectif de la nouvelle est de tromper volontairement l’auditoire en utilisant de l’information pour « s’attaquer » à un problème ou à un individu, voire le stigmatiser. Ex. : les attaques répétées à la réputation ou à la crédibilité d’une personne.

Contenu imposteur : c’est lorsque des nouvelles utilisent des sources véridiques, authentiques et une formule qui visent à imiter la source originale. Ex. : tous les sites de hameçonnage qui amènent les gens à donner des renseignements personnels d’une haute importance tels que des numéros de cartes de crédit ou des informations bancaires.

Contenu fabriqué : c’est lorsque du nouveau contenu (100 % faux) est fabriqué pour tromper, décevoir et blesser la réputation d’un organisme, d’une institution ou d’une personne. Ex. : un site créé ou une source complètement fausse qui entraîne une forte réaction.

ANNEXE IV

Canevas de prise de notes

ANNEXE V

Modifier une nouvelle à partir du navigateur Chrome

Étapes

1. Tout d’abord, ouvrez le navigateur Google Chrome.

Ensuite, choisissez un site d’actualité et faites le choix d’une nouvelle à modifier. Prenez une nouvelle qui vous intéresse.

2. Identifiez le paragraphe de texte que vous voulez modifier.

Positionnez le curseur de souris sur un mot compris dans ce paragraphe, puis appuyez sur le bouton droit de la souris. Un menu contextuel apparaîtra. Sélectionnez l’option « Inspecter ».

3. Le code de la page apparaîtra dans une section à droite.

Les deux parties du texte, celle que vous avez sélectionnée et celle à modifier, apparaîtront en bleu. Dans la section de droite, il y a un petit triangle à gauche du code surligné en bleu. Appuyez dessus pour faire dérouler le texte au complet.

4. Après avoir appuyé sur le triangle dans la section de droite, le texte apparaît.

Pour le modifier, il suffit d’effacer et de réécrire ce que vous voulez afin que votre nouvelle réponde aux critères de la catégorie choisie.

5. Dans cet exemple, nous avons écrit la phrase suivante : « Bonjour, j’ai un projet à vous montrer ».

Après avoir terminé le changement, il suffit d’appuyer sur la touche « Entrée » du clavier.

6. On peut maintenant voir que le texte de la nouvelle, à gauche, a été modifié également.

7. Avant de sauvegarder la nouvelle en format PDF ou de l’imprimer directement, assurez-vous de bien fermer la section affichant le code à la droite de l’écran.

8. La nouvelle est maintenant prête à être imprimée dans le but d’être propagée!

Allez dans le menu « Fichier » de Chrome et choisissez l’option « imprimer ».

9. Pour la sauvegarder sous forme de fichier afin de la réutiliser dans une autre production, choisissez plutôt l’option « Modifier… ».

Vous pourrez alors choisir le format PDF.

10. Cliquez sur « Enregistrer ».

11. Sauvegardez-la en version électronique à l’endroit de votre choix.

Cette copie de votre nouvelle peut s’insérer dans la plateforme désirée.


Variante : Modifier une nouvelle à partir du navigateur Firefox

Étapes

1. Pour le navigateur Firefox, il s’agit essentiellement de la même démarche décrite pour Google Chrome.

Choisissez un site d’actualité et faites le choix d’une nouvelle que vous allez modifier. Prenez une nouvelle qui vous intéresse.

2. Identifiez une partie du texte que vous voulez modifier.

Appuyez sur le bouton droit de la souris et un menu contextuel apparaîtra. Sélectionnez l’option « Examiner l’élément ».

3. Une section montrant le code source de la page Web apparaît au bas de l’écran.

Les deux parties du texte, celle sélectionnée dans la nouvelle et celle à modifier, apparaissent en bleu. Dans la section du bas, il y a un petit triangle à gauche du code surligné en bleu. Appuyez dessus pour faire dérouler le texte au complet.

4. Après avoir appuyé sur le triangle dans la section de droite, le texte apparaît.

Pour modifier le texte, vous pouvez maintenant effacer et réécrire ce que vous voulez afin que votre nouvelle remplisse les critères de la catégorie choisie. Suivez ensuite les mêmes étapes que celles décrites précédemment pour Google Chrome et le tour est joué!

ANNEXE VI

Démarche de réflexion créative

Critères d’évaluation 5 4 3 2 1 0
L’élève arrive à démontrer une réflexion de qualité quant à sa préconception et son changement de vision face au phénomène
L’élève est en mesure de faire des liens théoriques entre l’information reçue et le phénomène des fausses nouvelles au quotidien.
L’élève démontre clairement sa compréhension du phénomène en indiquant les moments de l’activité qu’il trouve pertinents dans son réinvestissement personnel.
Total /15

Raconte-moi…
Quelles étaient tes idées de départ à propos du phénomène des fausses nouvelles ou « fake news »?

  • Ta préconception
  • Ce qui a changé dans ta perspective après le projet
  • Tes raisons, tes explications

Montre-moi…
Quels liens es-tu capable de faire entre les informations que tu as reçues et ton quotidien face au phénomène?

  • Tes liens
  • Des statistiques des documentaires avec lesquelles on pourrait faire des liens
  • Tes apprentissages

Parle-moi…
Comment ta compréhension du phénomène t’amène-t-elle à maintenant être un acteur de changement face au phénomène?

  • Tes moments « coup de cœur » des activités
  • Ce que tu retiens le plus de ces activités et qui pourrait être utile pour les autres
  • Ce que tu trouves d’intéressant à dire sur le phénomène

5 : La réflexion est d’une évidence remarquée et très bien expliquée
4 : La réflexion est très bonne, mais il manque quelques éléments pour l’appuyer
3 : La réflexion est présente, mais manque de constance et de clarté
2 : La réflexion est amorcée, mais il y a une absence d’une profondeur remarquée
1 : La réflexion ne démontre pas vraiment de compréhension du phénomène ni de réinvestissement
0 : La réflexion n’est tout simplement pas en démarche, voire absente.

Cette démarche est inspirée de la méthode pédagogique Growing Mindset ou Mentalité de croissance et de l’atelier EdCamp Québec 2018 de l’enseignante d’arts plastiques au primaire, Mme Valérie Poirier, de la Commission scolaire des Découvreurs.

ANNEXE VII

Comment utiliser KomuniD

KomuniD est une plateforme totalement gratuite qui permet de partager et de publier des idées. Cette plateforme permet à l’enseignant de poser une question à ses élèves et à ceux-ci de répondre de manière collaborative. Les élèves peuvent par la suite commenter ou « aimer » l’idée d’un de leurs collègues.

Note : Toutes les images dans cette section proviennent du site KomuniD.

https://www.komunid.com/index.php?type=idee


Étapes

1. Cliquez sur SE CONNECTER pour créer votre compte.

2.Cliquez par la suite sur S’INSCRIRE SUR KOMUNID.

3.Vous vous retrouvez ensuite sur le tableau de bord.

4.Cliquez ensuite sur TABLEAUX pour créer votre tableau de travail d’équipe.

5. Remplissez ensuite votre section de travail.

Pour le TITRE du tableau, vous devez inscrire votre question. Il est très important de vous assurer de cliquer sur CRÉER UN TABLEAU PRIVÉ. Vous aurez à définir deux catégories (mots-clés pour des recherches). La partie la plus longue est d’inviter vos élèves à se joindre au tableau. Pour pouvoir répondre, ils devront se créer un compte (de la même façon que vous venez de le faire) avec l’adresse courriel que vous utilisez pour les inviter.


Exemple

Comment le numérique a-t-il changé notre façon de consommer?

Exemple de tableau avec une réponse.

Les élèves peuvent aimer ou commenter une réponse d’un collègue.

ANNEXE VIII

Comment utiliser Realtime Board

Realtime Board est une autre plateforme gratuite qui permet de partager et de publier des idées. Cette plateforme permet à l’enseignant de poser plusieurs questions à ses élèves et à ceux-ci de répondre de manière collaborative. Les élèves peuvent par la suite commenter les idées de leurs collègues. En fait, la plateforme agit vraiment comme un gros tableau blanc sur lequel les élèves peuvent écrire. Seul désavantage de cette plateforme très complète : les options sont en anglais.

Note : Toutes les images dans cette section proviennent du site Realtime Board.
https://realtimeboard.com


Étapes

1. Tout d’abord, inscrivez-vous sur la plateforme.

Les enseignants disposant d’un compte Google Education peuvent l’utiliser pour ce faire.

2. Après votre inscription, vous aurez accès au tableau de bord et à différentes formes de tableau.

Pour permettre une plus grande variété de réponses, choisissez le « Blank board ».

3. Par la suite, une fois le tableau créé, posez la question à laquelle vous voulez que les élèves répondent.

Pour ce faire, utilisez l’option texte. Vous pourrez aussi restreindre, si désiré, l’espace de travail des élèves selon leur outil numérique.

4. Une fois le tableau créé, cliquez sur SHARE, et copiez-collez l’URL sur un site de code QR tel que : www.the-qrcode-generator.com

Si vous prenez le lien proposé, vous obtiendrez un PDF de votre code en cliquant sur SAVE après avoir collé votre lien. Les élèves n’auront qu’à le balayer pour pouvoir y accéder. Sinon, les élèves peuvent écrire le lien web dans un navigateur pour se connecter. L’autre option est d’entrer manuellement toutes les adresses courriel des élèves.

5. Une fois le lien partagé, les élèves doivent s’inscrire à leur tour à Realtime Board pour pouvoir participer (même procédure).

Ils pourront alors créer des post-its et commenter les participations de leurs collègues. Une fois le document terminé, vous pouvez télécharger le résultat final pour le réutiliser.

ANNEXE IX

Publier un texte sur une plateforme Web

Si vous désirez tenter l’expérience de la publication de fausses nouvelles sur une plateforme Web, voici quelques suggestions d’outils de type blogue :